Hotel Waldhaus - in Sils Maria


Cher Mario Luis Malfatti,

 

Quatre ans déjà que Mariko, toi et moi étions à la Havane avec nos amis Luis, Günter, Adrian et Andrés. Il me semble que c’était hier ! De temps à autre, j’écoute notre journal de voyage musical et je revis les moments inoubliables de cette expédition. Te souviens-tu, je t’avais alors confié mon intention de faire un film audio sur l’hôtel Waldhaus de Sils-Maria ? En septembre 2001, Mariko et moi avons logé pour la première fois dans cet établissement historique, dans l’intention d’y enregistrer l’atmosphère, ainsi que son célèbre piano Welte-Mignon, un instrument mécanique hors du commun qu’ont eu la chance d’entendre Hermann Hesse, Arnold von Siemens, Richard Strauss, le Baron Louis de Rothschild, Albert Einstein et plusieurs autres.

 

D’abord, je projetais de recueillir les souvenirs de l’hôtel, avant qu’ils ne tombent dans l’oubli. Cependant, à notre étonnement, nous avons découvert un endroit bien vivant, et le projet s’est modifié du fait de cette agréable surprise. Le piano Welte-Mignon joue toujours, ou plutôt, il joue à nouveau, depuis que l’ingénieur de la maison, Guido Schmidt, a restauré cette merveille mécanique datant de 1910. Guido n’est pas seulement un génie de la technique, il est également un photographe de grand talent qui a su rendre comme nul autre la vie et les différentes atmosphères du Waldhaus, comme tu peux le constater par ces clichés. Tu peux entendre Guido sur la plage 15 nous parler du Welte-Mignon. Malheureusement, tu ne le comprendras, car il parle quelque chose que l’on pourrait appeler de l’allemand (mais qui n’en est pas tout à fait). Toutefois, tu sentiras certainement l’amour qu’il porte à cet instrument exceptionnel. Écoute aussi Jürg Kienberger racontant des histoires sur son hôtel. J’écris « son » hôtel car c’est son grand-père qui le construisit et l’inaugura en 1908. Aujourd’hui, il est dirigé par Urs, le frère de Jürg, sa sœur Maria et son beau-frère Felix Dietrich. Leur mère Rita Kienberger est toujours parmi eux et même s’ils ne la croisent pas, les clients ressentent sa chaleur et son hospitalité. Jürg est comédien et il travaille avec Christoph Marthaler au Schauspielhaus de Zurich. Il joue actuellement aux côtés de Josef Bierbichler, qui a enregistré des Lieder de Gustav Mahler avec Uri Caine, mais cela est une tout autre histoire. Il y a cinq ans, Jürg a fait un one-man-show théâtral portant le titre « I’m just a lonely boy », sur la maison de son père à Sils-Maria. Urs m’en a parlé suite à notre premier enregistrement à Waldhaus en 2001. J’ai eu l’occasion de voir le spectacle quelques mois plus tard à Munich. Son authenticité et son ironie m’ont estomaqué. Jürg joue le narrateur et le musicien du bar de l’hôtel. Écoute la pièce Jännerloch, sur laquelle il raconte l’épisode de la construction, en 1970, de la piscine intérieure afin de rendre le Waldhaus plus attrayant pendant le mois de janvier. Il avait douze ans à l’époque et il a enregistré sur son premier magnétophone le dynamitage des rochers. Sur Sommergäste, il nous parle de sa famille. La famille joue un rôle important au sein de l’hôtel.

 

D’excellents établissements, cela se trouve, mais je te mets au défi de trouver un autre hôtel à l’accueil aussi charmant et personnel que le Waldhaus. C’est un refuge où le monde dans tout ce qu’il a d’ordinaire ne peut pénétrer. L’âme des propriétaires y habite chaque recoin.

 

Stefan Winter


© Winter&Winter | Impressum | Press Login | Back